IoT for Supply Chain : les enseignements du webinar mené par ASLOG et Wavestone

IoT for Supply Chain : les enseignements du webinar mené par ASLOG et Wavestone

IoT for Supply Chain :

les enseignements du webinar mené par ASLOG et Wavestone

En projet pour certains, concret pour d’autres ou source d’interrogations pour les derniers, « l’IoT for Supply Chain » suscite l’intérêt du secteur depuis de nombreuses années. À l’occasion des « Rencontres du Digital », l’ASLOG et le cabinet de conseil Wavestone sont revenus sur le sujet au travers d’un webinar dédié.

La crise l’aura prouvé. Malgré sa résilience, la supply chain doit encore développer sa vélocité, c’est-à-dire son agilité et son efficience, pour fonctionner de manière optimale malgré les perturbations. Et pour ce faire, l’IoT s’illustre comme un outil de taille. C’est autour de ce sujet que Marc Dauga et Pierre-Yves Audoy, respectivement Partner Supply Chain et Manager Manufacturing au sein du cabinet Wavestone ainsi que Francois Martin-Festa, VP Digital Customer Experience de Schneider Electric & Responsable Lab Digital de l’Aslog ont animé un webinar dédié le 24 juin.

L’objectif ? Partager les clés pour se poser les bonnes questions et effectuer le juste choix de solutions dédiées. « Avant tout chose, il est essentiel de partir d’un besoin métier, de le cadrer, d’alimenter un cahier des charges précis et de bien connaître l’écosystème des acteurs pour choisir le plus adapté à vos besoins », souligne Marc Dauga après avoir rappelé les grands principes de l’IoT for supply chain, à savoir la collecte et l’analyse de données depuis un objet IoT placé sur une unité de manutention (palettes, racks, bacs, produits).

Mieux comprendre
les briques technologiques relatives à l’IoT

Pour les trois experts, le constat est unanime, mener un projet IoT peut s’avérer complexe. Première difficulté, le nombre croissant d’acteurs proposant leurs services. Marc Dauga note ainsi « une croissance de 60 % en cinq ans du nombre de start-ups sur le secteur. ». Second challenge, comprendre et connaître la technologie qui évolue très vite. En plus des progrès technologiques continus, Marc Dauga identifie 3 grandes ruptures : le réseau 5G, le nano satellite ainsi que l’edge computing. Quant aux briques technologiques, elles se divisent en quatre :

  • L’objet IoT, sa durée de vie, son coût, ses conditions d’usage ainsi que sa capacité de collecte et de stockage.
  • Le réseau et transport de donnée et la nécessité de réfléchir à la distance entre l’objet le réseau, à son débit de données, à la consommation d’énergie ainsi qu’aux objectifs en termes de précision de la géolocalisation.
  • La plateforme IoT et son lieu d’hébergement, sa gestion du cycle de vie des objets dédiés, sa capacité à en intégrer de nouveaux types, à gérer une augmentation du volume de données ainsi que le nombre d’API qu’elle peut fournir.
  • L’application des données pour les cas d’usage, à savoir l’interface web ainsi que les outils supply chain de type TMS, WMS, MES…

Identifier et choisir le(s) bon(s) partenaire(s)
pour optimiser sa supply chain grâce à l’IoT

Une fois savamment sélectionnées et maîtrisées, ces briques donnent lieu à une solution IoT permettant d’adresser des cas d’usages ayant un impact vertueux sur la transformation de la supply chain. Marc Dauga évoque notamment le suivi des produits (en extérieur ou en intérieur), le tracing de ces derniers mais également l’amélioration de l’efficacité au travers de la gestion des inventaires, de la maintenance ou bien encore du pilotage de la performance énergétique des bâtiments. Et pour choisir au mieux ses prestataires et partenaires dans le démarrage d’un projet IoT, Wavestone a identifié environ 50 start-ups françaises intervenant sur le business, uniquement sur le marché BtoB, ayant au moins huit ans d’existence et moins de 50 salariés. « Ces éléments donnent des clefs permettant de se poser les bonnes questions, de mieux segmenter un projet suivant les 4 dimensions majeures de l’IoT et de dresser un panorama complet des start-ups françaises sur ce sujet », conclut Francois Martin-Festa.

Le white paper et le radar Wavestone-ASLOG
sont disponibles sur le site web de l’ASLOG