L’Aslog veut co-construire une nouvelle vision SC et des leviers d’actions

L’Aslog veut co-construire une nouvelle vision SC et des leviers d’actions

« L’ensemble des maillons dont la succession décrit le flux des produits depuis l’approvisionnement des matières de base jusqu’à la distribution du produit fini au client final ». Cette définition de la supply chain par le Supply Chain Council, qui date de 4 décennies, paraît forcément un peu restrictive. Elle ne tient pas compte de la transformation digitale en cours, ni de l’importance stratégique de la fonction, notamment en termes d’impact environnemental et sociétal, comme l’a révélé au grand jour la crise sanitaire actuelle. C’est pour donner corps à une autre vision de la Supply Chain, plus résiliente, plus collaborative, avec plus de proximité, plus agile, et plus durable, que l’Aslog a initié une grande démarche collaborative lors d’un webinar hier en fin d’après-midi. Accompagné par deux membres du comex de l’association, Stéphanie Rott, directrice Production et Supply Chain du groupe LVMH et Pierre-Martin Huet, VP Supply Chain de Michelin, le président de l’Aslog Yann de Feraudy (également Président de Groupe Rocher Opérations) a invité ses quelque 3 500 adhérents (issus de 300 entreprises) à participer activement à une série de trois ateliers en distanciel cet été, qui seront accompagnés par Imfusio, une société spécialisée dans les initiatives basées sur le principe de l’intelligence collective. Le premier atelier, qui sera scindé en quatre groupes, aura lieu les 6, 7, 8 et 10 juillet. Il sera suivi par une web-réunion de synthèse et de convergence, le 25 août, avec l’assistance de Martin Serralta, directeur du développement et prospective de l’Institut des futurs souhaitables. Enfin, un troisième atelier est prévu à la rentrée, le 25 août, à nouveau en petits groupes, pour finaliser la démarche et élaborer cette nouvelle vision « d’une supply chain pour changer le monde », qui pourrait prendre la forme d’un manifeste à destination des SC Managers et de leurs entreprises, mais aussi des pouvoirs publics (recommandations pour rendre la SC plus compétitive). L’idée est ensuite de faire partager ces travaux au plus grand nombre lors d’une prise de parole au nom de la communauté Supply Chain le 10 septembre, puis de les traduire en décisions, en leviers d’actions, en recommandations et aussi en pistes de travail pour les différents Labs de l’Aslog (digital, RH, RSE), en préparation du prochain congrès de l’association, l’année prochaine. « Nous sommes davantage dans le faire que dans l’incantation » a lancé Yann de Feraudy, en insistant notamment sur cet objectif « du bien commun pour notre pays et les métiers que nous représentons ». Interrogé en fin de webinaire sur une éventuelle redondance avec les actions engagées de son côté par France Logistique auprès des pouvoirs publics, le président de l’Aslog s’est montré plutôt ouvert à une collaboration, au nom d’une « complémentarité des vues ». « France Logistique, qui porte très bien son nom, est très concentré sur la logistique. En tant que Supply Chain Managers, notre vision est un peu plus vaste et peut compléter la vision logistique » a-t-il expliqué, en rappelant qu’au-delà de la logistique, la Supply Chain englobait des problématiques de stratégies industrielles, d’expérience clients, de pilotage des stocks et des flux, d’achats, de sourcing, de gestion de la demande, etc.

Point rédigé par Jean-Luc Rognon pour la Newletter Supply Chain Magazine