Interview de Jean Michel Guarneri – Supply Chain Magazine

Interview de Jean Michel Guarneri – Supply Chain Magazine

Dans sa parution de janvier/février, Supply Chain Magazine a réalisé une interview de Jean Michel Guarneri qui retrace le chemin parcouru par l’ASLOG ainsi que les projets pour les années à venir.

Élu il y a cinq ans, Jean-Michel Guarneri entre dans la dernière année de son second et dernier mandat à la présidence de l’Aslog. En quelques années, l’association française de la supply chain et de la logistique a repris des couleurs, tant sur le plan national qu’international. C’est l’occasion de faire un premier bilan du chemin parcouru et de donner quelques pistes d’évolution pour l’année en cours.

Supply Chain Magazine : Cela fait 5 ans que vous êtes président de l’Aslog. Quel regard portez-vous sur l’évolution de cette association qui existe depuis plus de 45 ans?

Jean-Michel Guarneri : Les grandes heures de l’association remontent en fait aux années 80-90, quand l’industrie française commençait à externaliser sa production dans les pays à bas coûts. La gestion des flux était devenue critique, car chaque désynchronisation avait des conséquences néfastes sur la promesse client et la rentabilité de l’entreprise. Les grands industriels ayant décentralisé une partie de leur production en Europe de l’Est, au Moyen Orient, en Asie, ressentaient le besoin d’un lieu d’échanges multisectoriel pour partager les bonnes pratiques logistiques et supply chain. Ensuite, tout ceci s’est un peu normalisé, professionnalisé, si bien qu’au début des années 2000, l’Aslog avait un peu perdu de son attrait sur les problématiques de gestion de flux internationaux. En revanche, ce début de XXIe siècle marque la naissance du commerce en ligne, puis de la distribution multicanal et maintenant de la distribution omnicanal. Autant de nouvelles problématiques pour les entreprises industrielles et les distributeurs, qui n’étaient pas vraiment appréhendées sous un angle collaboratif.

SCM : Quelle sera votre action prioritaire pour cette dernière année de mandat?

J.-M.G. : Il y a deux enjeux principaux en 2019: les ETI et les start-up innovantes. Nous avons créé un nouveau groupe qui va s’inspirer de tous nos travaux réalisés depuis quatre ans pour bâtir un cycle de conférences et d’information adapté à destination des dirigeants des ETI, pour les aider eux aussi à se doter d’une logistique et d’une supply chain performantes. Nous avons également créé un groupe Innovation, dont l’objectif est d’identifier toutes les start-up innovantes qui peuvent intéresser notre secteur, même si certains l’ignorent encore, et de les aider à travailler en co-innovation avec nos adhérents.

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici