Logistique, un marché très dynamique

Logistique, un marché très dynamique

La logistique et les flux de la Supply Chain ont aujourd’hui pris le devant. ”Ces activités représentent quelque 10 % de notre PIB national, et emploient un total de 2 millions de personnes en France”, rappelle Yann de Feraudy, président de l’ASLOG, l’Association française de la Supply Chain et de la logistique. “C’est un secteur en très forte dynamique qui devrait créer, d’ici 2022, plus de 500 000 emplois”, précise-t-il.

AU COEUR DE LA STRATÉGIE DES ENTREPRISES

Un marché extrêmement dynamique donc, essentiel pour la compétitivité et la productivité des entreprises, mais qui n’en est pas moins ”fragile” car ”très sensible à la conjoncture”, d’autant qu’aujourd’hui la Supply Chain s’étend à travers le monde entier. ”Un maillon de la chaîne logistique ‘flanche’  t l’économie toute entière s’en trouve affectée, comme on le voit avec la crise du Covid-19 ou lors d’un événement géopolitique
majeur”, souligne-t-il.
Élément clé de toute Supply Chain, la logistique se doit, pour être encore plus performante, d’être “au cœur même de la stratégie des entreprises”.  Selon Yann de Feraudy, ”là est le vrai débat, car ces enjeux touchent aussi bien à la sécurité des produits (et des approvisionnements) qu’à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) [Voir à ce sujet le Guide sur l’intra-logistique, récemment réédité par l’ASLOG] ”. La robotisation et la digitalisation apparaissent alors comme des outils incontournables. ”La nouvelle norme 5G devrait d’ailleurs bouleverser la donne numérique, en rendant encore plus efficace l’Internet des objets industriels (IIoT).” Les informations issues de ces multiples capteurs connectés, sur les process de production comme sur le transport et le stockage des produits et colis, se traduiront logiquement par des améliorations tant au niveau de la frugalité énergétique et de la protection environnementale que du pilotage des flux et de la traçabilité, bref, par la fourniture d’un service plus rapide et de meilleure qualité. ”C’est d’autant plus important que les entreprises doivent faire face à une variabilité croissante des volumes à produire et à commercialiser, ne serait-ce que par la multiplication des événements promotionnels de fin d’année : 11-11, Black Friday, Noël.”

DES ENJEUX RSE GRANDISSANTS

Quant aux préoccupations sociétales, elles se multiplient et se précisent, ”la responsabilité des entreprises s’étendant aujourd’hui jusqu’à leur sous-traitance étrangère”, poursuit Yann de Feraudy. Les industriels doivent donc scruter l’ensemble de leur Supply Chain. La tendance est mondiale, et les entreprises françaises ne sont pas à la traîne… ”La technologie nous y aide ici aussi, qui permettra d’agréger des informations de traçabilité. Des informations en “temps réel” pourrons contribuer, quant à elle, à identifier rapidement, par exemple, des écarts de consommation (énergie, eau…) et déployer ainsi des Supply Chain plus économe en énergie, en avançant sur la route vers la neutralité carbone.” Cette mutation demande néanmoins un accompagnement soutenu des pouvoirs publics, via une ”politique fortement incitative”.